C2Skame : Romances en poésies

C2Skame : Romances en poésies

Quête d'amour à Saint-Anne !

  1. Synthèse :

 

L'histoire est celle d'un PDG bipolaire qui après des déboires conjugaux, poursuit sa quête d'amour et fera plusieurs conquêtes.

Ses péripéties le conduiront pour la 25ème fois en Hôpital Psychiatrique (pièce satirique), dont il connaît tous les rouages. Il y continuera sa quête.

Par rapport à un HP normal, dans la pièce tout y est inversé. Par exemple, l'HP est un club de vacances au bord de la mer, on peut y jouer au golf, quand le patient a le droit de fumer, il peut fumer un joint, etc... .

 

  1. Les personnages :

 

  1. Le PDG bipolaire, Stéphane Skamer qui s'exprime quand il est en présence d'une belle femme, en heptasyllabes (vers de 7 syllabes), prononcés à la picarde, et il joue au jeu de lettres « Mini SKAME » quand il ne parle pas.

  2. Le barman.

  3. La préposée au vestiaire.

  4. La femme de la boîte de nuit : Melle Stéphanie Gaie malade bipolaire dont les épisodes maniaques ou dépressifs sont en phase avec celles du PDG bipolaire. Que nenni ! Elle s'exprime elle aussi en hepta-syllabes... . Et dit ses poésies en accent picard.

  5. Le petit ami de la femme de la boîte de nuit.

  6. Le brigadier chef.

  7. La suppléante de gendarmerie, amie du brigadier chef.

  8. Les deux infirmiers.

  9. Le chef de cabine.

  10. L'hôtesse de l'air, amie du chef de cabine.

  11. Le psychiatre, monsieur Ventilateur, qui de fait se fait soigner par le PDG bipolaire qui lui délivre des ordonnances, bon ami de la psychologue.

  12. La psychologue, madame Matières, qui de fait se fait psychanalyser par le PDG bipolaire.

  13. L'infirmier référent sport champion de golf et qui jouera et perdra une partie de golf face au PDG bipolaire qui a proposé comme handicap, de boire un verre de rhum à chaque trou gagné.

  14. L'assistante sociale.

  1. Les décors :

    1. Une discothèque, pour l'acte 1 (un bar, des spots, une sono).

    2. Un fourgon de gendarmerie pour l'acte 2 (l'intérieur arrière d'un fourgon).

    3. Une cabine d'un avion de ligne pour l'acte 3 (des sièges inclinables).

    4. Une suite d’un club de vacances pour l'acte 4 (un lit de deux personnes, un fauteuil)

    5. Un green d'un parcours de golf pour l'acte 5 (un drapeau marqué 18, une moquette verte).

    6. Une discothèque pour l'acte 6 (un bar, des spots, une sono).

    7. La suite du PDG bipolaire, pour l'acte 7 (un lit de deux personnes, un fauteuil).

       

  1. Actes :

    1. Dans une discothèque, pour l'acte 1.

 

Le PDG bipolaire à voix haute s’approchant de la discothèque : Que c’est bon d’être en permission en métropole, de plus avec cette fructueuse partie de golf à mon arrivée. J’ai ramassé un bon paquet d'oseille. Il a son sac de golf et est en tenue. Il possède une carte VIP qu’il sort.

Le PDG bipolaire présentant sa carte VIP : Bonsoir, quelle belle soirée ! Savez-vous s’il y a de jolies jeunes femmes esseulées ?

Le physionomiste : Désolé, mais vous ne pouvez pas entrer. Notre dernière facture n'a pas été réglée.
Le PDG bipolaire : Pas de souci ! Je vais vous régler rubis sur l'ongle. Avant de venir, j’ai rincé des golfeurs qui ont obtenu leur handicap dans une pochette surprise et qui de plus ne voulaient pas s'avouer vaincu. Ils se voyaient gagnants à chaque trou et pariaient en conséquence. Alors 18 trous cela fait mal. Ilmontre sa liasse de billets de 50 euros. Et il effectue le règlement.

Le physionomiste : Parfait Monsieur, passez une bonne soirée ! Pour répondre à votre question, il y a quelques jolies femmes seules. Et il lui rend sa carte VIP.

Cela étant, Le PDG bipolaire laisse son sac de golf au vestiaire. Mais il prend un club : Je le prends car c'est mon assurance tous risques, en particulier pour les petits baiseurs grincheux. Cela me permet de les tenir à distance.

Le PDG bipolaire va au bar ou il sort ses dés et commence à y jouer.

Le barmans'approche : Que puis-je vous servir ?

Le PDG bipolaire : Un SKAME cocktail, s'il vous plaît.

Le barman : Je ne connais pas celui-là ! Réussir à me damer le pion dans ma spécialité, c'est fort ! Dites moi ce que c'est ?

Le PDG bipolaire : Deux septièmes de rhum blanc, un septième de jus d'ananas, un septième de jus d'orange; un septième de jus de citron, un septième de jus de pamplemousse et un septième de jus de citronnelle, avec un glaçon.

Le barman : J'ai tout sauf le jus de citronnelle.

Le PDG bipolaire : Alors mettez-moi trois glaçons. Je fonctionne toujours avec des nombres premiers : Par exemple le club que j'ai avec moi est un fer 7. A ma partie de golf de cette fin d'après midi, j'ai remporté 17 trous.

Le PDG bipolaire reprend sa partie de Mini Skame. Une minute s'écoule.

Le barmanrevient avec le cocktail : Voilà Monsieur. C'est 17 euros. J'hésitais sur le tarif, mais puisque vous aimez les nombres premiers, j'ai voulu vous satisfaire.

Le PDG bipolaire sort sa carte de VIP et lui tend : Parfait ce 17.

Le barman repart avec et le PDG bipolaire se remet à jouer. Le barman lui ramène sa carte et son ticket : Vous jouez à quoi si ce n'est pas indiscret ?

Le PDG bipolaire : Au Mini Skame, un jeu de lettres de mon invention.

Le barman : Le jeu consiste en quoi ?

Le PDG bipolaire : Vous avez quatre dés : 2 dés numériques standard, un dé voyelles et un dé consonnes. Les dés numériques fixent les positions des deux dés lettres dans le mot à trouver. Si celui-ci fait au moins 9 lettres, c'est un Skame, soit un coup gagnant.

Le barman : Cela fait travailler les méninges !

Le PDG bipolaire : Oui, il faut les remuer dans tous les sens, comme avec un shaker. Comme vous maîtrisez cet ustensile, vous devriez gagner.

Le barman : Belle innovation, on peut en acheter où ?

Le PDG bipolaire : Sur internet : www.skame.fr. Le barman s'éloigne. Le PDG bipolaire arrête sa partie. Tout en sirotant son SKAME cocktail, il regarde autour de lui. Il remarque une très jolie femme en compagnie d'un homme. Il s’approche d’elle.

 

Le PDG : Vous avez le visage illuminé par votre beau sourire. Cela fait revivre les émotions qui remplissent ma tête.

Elle : Vous me gênez ...

Son copain : Tu la laisses tranquille ! Elle te dit que tu la gênes ! Et il repousse une 1ère fois le PDG.

Le PDG lui tendant son cocktail: Goûtez, vous y lirez mes douces pensées pour vous.

Elle : Vous me gênez ... Mais elle goûte.

Son copain : Tu la laisses tranquille alors ! Elle te redit que tu la gênes ! Et il repousse une 2ème fois le PDG.

Le PDG imperturbable : Que tu aies bu mon cocktail dont le sept est la clé, mon chiffre, me donne inspiration en vers de sept syllabes :

 

T'as fait holdup sur mon coeur,

Y'a dégâts collatéraux,

Me réveille bien hétéro,

Tout de toi connais par coeur,

Même tes petits orteils,

Si bien bronzés au soleil,

Que morceaux de chocolat :

Sucer jamais serai las.

 

Quant à vous, Monsieur, je vous conseille de ne pas prendre pour un shaker. Quand je cocktail est prêt, ça déménage !

Elle : Vous me gênez ... et buvant de nouveau.

Son copain : Tu la laisses tranquille enfin! Elle te dit encore que tu la gênes. Arrête de la tutoyer. D'accord ! Et il repousse une 3ème fois le PDG.

Le PDGimperturbable : J'aimerai conspirer avec vous, en dansant ensemble. Le 7 de cœur est ma carte. Veux-tu être ma dame de cœur ? Quant à vous Monsieur, le cocktail est fin prêt !

Le PDG voyant que le copain tend la main pour le repousser, donne un coup de canne de golf sur le menton de ce jeune homme qui tombe raide sur le sol. Ceci déclenche une bagarre générale dans la boîte de nuit. La gendarmerie est appelée à la rescousse par la direction de l'établissement. Le PDG bipolaire s'est accoudé au bar et joue avec ses dés au Mini Skame.

 

La gendarmerie arrive avec moult renforts.Le PDG bipolaireau milieu de la bagarre retrouve la jeune femme et lui demande : Vous ne m'en voulez pas pour votre compagnon mais je fume des « Lucky Strike ». En effet je suis chanceux, notre rencontre en est le meilleur exemple. Et quand on m'embête je fais un « Strike » sans air shot.

Ellelui répond : Vous me charmez !

A ces mots le PDG bipolaire devient tout ému :

 

J'ai la boîte à amour,

Elle s'ouvre en ce grand jour :

Tu tiens mille sucettes,

Vais te faire la fête,

Odeur de friandises,

Me font faire des bêtises.

 

Elle a un sourire éblouissant. Elle : Vis-tu seul ?

Le PDG : Oui avec mon chien Doggy. Et ils s'échangent un langoureux baiser.

Ellereprenant ses esprits, à voix basse, lui tend un papier plié: Voici mon numéro. Mon nom est Stéphanie GAIE. Et je suis célibataire.

Le PDG : Moi aussi !

 

La gendarmerie a rétabli le calme, fait son enquête : Le petit ami de la jeune femme, désigne du doigt le PDG bipolaire qui a toujours le club de golf à la main.

Les gendarmes l'encadrent et lui disent : Suivez nous dehors.

Le PDG bipolaire : Gendarmes, avant de sortir avec vous, permettez-moi de vous offrir un SKAME cocktail avec ma carte VIP.

Le brigadier chef : C'est quoi cette neige ?

Le PDG bipolaire : C'est un cocktail stupéfiant.

Le brigadier chef : D'accord, c'est un stupéfiant ! Je sens que l'on va avoir du boulot ce soir.

Le PDG bipolaire : Demandez au barman, il vous en préparera.

Le brigadier chef : Alors la discothèque fait partie du réseau ! Quel est votre rôle dans tout cela ?

Le PDG bipolaire : Je suis l'inventeur.

Le brigadier chef : Vous avouez bien rapidement. Vous avez de bons avocats je suppose. Je sens que la garde à vue ne va pas être triste avec la présence de l'avocat dés la 1ère heure. Attention à ne pas faire d'erreur de procédure. Enfin pour l'affaire de la bagarre on vous tient. Ca permettra de gagner du temps.

Le PDG bipolaire : Je suis aussi l'inventeur du Mini Skame.

Le brigadier chef : Ah ! Tout s'éclaircit : Vous êtes le chimiste !

Le PDG bipolaire : Oui, c'est ma formation.

Le brigadier chef : Il avoue encore tout de suite. C'est trop beau pour être vrai ! Allez ! Au fourgon ! 

La jeune femme du vestiairele voyant sortir : N'oubliez pas votre sac !

Un gendarme s'en empare et met la bretelle à l'épaule : Pièce à conviction peut être.

Le PDG bipolaire : Seul le fer 7 a servi.

Au sortir de la discothèque la musique reprend. Les gendarmes et le PDG bipolaire se dirigent vers un fourgon.

    1. Un fourgon de gendarmerie pour l'acte 2.

 

Le PDG ayant été à l'origine de la bagarre est arrêté et se retrouve en fourgon de gendarmerie. En attendant que l'on s'occupe de lui, le PDG avec ses dés, joue au Mini Skame.

Le brigadier : Déclinez votre identité et profession, s'il vous plaît.

Le PDG : Stéphane SKAMER et C1E6.

Le brigadier : C’est quoi ce code ?

Le PDG : Je vous mets sur la piste, c’est du Skame.

Le brigadier : Ah oui ! C’est la formule de la came ! Et le laboratoire ?

Le PDG : B3A6 vous convient-il ?

Le brigadier : Je ne comprends pas la moitié de ce que vous dites ! On dirait des coordonnées comme pour la bataille navale. Suppléante prenez la relève ! Eh bien, on n’est pas sorti de l’auberge avec ce bel emberlificoteur.

La suppléante de gendarmerie, qui est très jolie : Avez-vous un problème pour vous être comporté comme vous l'avez fait dans la discothèque?

Le PDG : Je n’ai pas eu le temps de donner les solutions à votre brigadier chef des « codes » Mini Skame comme il les nomme, ce sont « créateur » (ma profession) et « laboratoire » (comme j’aime appeler mon atelier). Pour en revenir à votre question. J’ai effectivement eu un problème aujourd’hui. Un zigoto m'a embouti l'aile droite ce matin et ne s'est pas fait connaître, un délit de fuite en somme. Et pas de témoin. D'où perte de temps du fait de la réparation et donc ma partie de golf s'est terminée à la lumière des phares de 4 X 4. Pas facile de faire un par dans ces conditions ! C'est comme si on vous demandait de contrôler la vitesse avec un anémomètre mesurant la vitesse du vent provoqué par le déplacement du véhicule.

La suppléante : Le coup de l'anémomètre on ne me l'avait jamais fait. Mais c'est à étudier.

Le PDG bipolaire : On reproduit bien des vitesses de véhicules, en soufflerie. Il suffit d'étalonner l'anémomètre, avec un radar mobile, je suggère.

La suppléante : Et quand il pleut ?

Le PDG bipolaire : Il faut mesurer la force des gouttes d'eau projetées par la voiture, en mesurant leurs impacts sur une balance de cuisine par exemple.

La suppléante : A voir ! Mais vous ne manquez pas d'idée.

Le PDG bipolaire : D'autres questions ?

La suppléante : Revenons-en à ce coup de putter. Pourquoi ?

Le PDG bipolaire : Je l'avais à la main. Et au lieu de faire un coup de droite à gauche, j'en ai fait un en me cambrant un maximum de bas en haut : un uppercut quoi !

La suppléante : Je ne vous demande pas comment mais pourquoi ? Cela n’est pas franchement normal. 

Le PDG bipolaire : Ce qui est normal, c'est de ne pas rester insensible à votre charme :

 

Je te veux toute mienne,

De mon cœur, citoyenne.

Tu es belle libido,

S’agit pas de faire dodo.

Caresses érotiques,

Sur beau corps électriques.

 

Le brigadier chef se rapproche l'oeil sourcilleux : Cessez, laissez la tranquille. Vous comprenez le français ou la matraque ?

 

Imperturbable le PDG bipolaire donne un petit baiser sur la joue de la suppléante de gendarmerie.

Le brigadier chef véhément : Je crois que c'est la matraque que tu veux. Tu vas voir ! Le PDG bipolaire voyant le brigadier chef empoigner le manche de sa matraque se lève prestement et assène un coup de tête au brigadier chef qui s'écroule. La suppléante de gendarmerie sensible aux propos du PDG bipolaire, ne le menace pas et s'occupe de ranimer son chef et petit ami. Celui-ci reprend ses esprits et s'assied à côté de la suppléante.

La suppléante : Revenons à votre interrogatoire. Quel est votre problème monsieur ?

Le PDG bipolaire :

Malade bipolaire,

De fait n'en ayant pas l'air,

J'aime belles séduire,

Et leurs mecs éconduire,

Quelques fois brutalement,

Car aime éperdument.

La suppléante : Et vous habitez où ?

Le PDG : Dans un très joli coin de France : A Saint-Anne.

La suppléante : A Paris ?

Le PDG : Là j'y ai fait un court séjour. Non je vous parle de Saint-Anne en Guadeloupe.

La suppléante : On va vous y transférer. Et elle lui tend un papier plié. A voix basse : Mon numéro.

 

    1. Une cabine d'avion de ligne pour l'acte 3.

 

Le PDG bipolaire : Il fallait que je choisisse entre être seul en 1ère classe en camisole mais chouchouté par les hôtesses, ou en économique avec les sbires d’infirmiers. Je les ai laissé seuls et j’ai payé le supplément cash avec la cagnotte de ma partie de golf.

Installé, le PDG bipolaire : Je suis tout déprimé, car je ne peux pas jouer au Mini Skame.

L'hôtessel'entend : Qu'est-ce qui ne va pas, monsieur ?

Le PDG : Je suis frustré de ne pouvoir lancer les dés.

L'hôtesse : Qu'à cela ne tienne, je vais lancer les dés pour vous et les positionner, vous n'aurez plus qu'à chercher les mots.

Le PDG bipolaire : Vous connaissez mon jeu ?

L'hôtesse : Oui, je vous ai vu à Quoi de Neuf sur France 3 Picardie. Si vous voulez, je peux faire une partie avec vous.

Le PDG bipolaire : Vous êtes charmante. Ce serait avec le plus grand des plaisirs.

L'hôtesse : Vous m'avez l'air bien éduqué et non dangereux, qu'est ce qui vous arrive.

Le PDG bipolaire :

Skipper cherche port d'amour,

Sable chaud faisant le tour.

En songes je t'y ai vue :

De soyeux cheveux pourvue,

Visage aux très beaux yeux,

Qui le rende radieux.

 

L'hôtesse : Vous êtes un poète charmeur. Est-ce moi sur le sable chaud ?

Le PDG bipolaire, a oublié sa partie de Mini Skame : Bien sûr que c'est vous.

Le chef de cabinetrouvant que sa petite amie, l'hôtesse, se montre trop prévenante avec le PDG bipolaire en camisole, s ' approchent d'eux : Monsieur a un problème ?

Le PDG bipolaire et l'hôtesserépondent simultanément : Y'a pas de souci .Et ce faisant se regardent dans les yeux avec un large sourire.

Le chef de cabine : Va aider Agnès, il faut servir l'apéritif.

Le PDG bipolaire : Charmante hôtesse, quel est votre petit prénom ?

L'hôtesse : Sophie.

Le PDG bipolaire : Sophie vous êtes mon défi.

Le chef de cabine, qui voit rouge : Merci Monsieur de lui laisser faire son travail !

Le PDG bipolaire : Y'a pas de souci. Chère Sophie pourriez vous m'apporter une coupe de champagne.... avec une paille. Grand merci par avance.

Quelques minutes plus tard, l'hôtesse apporte au PDG bipolaire une coupe de champagne qu'elle pose sur la tablette, et lui met en bouche la paille et lui dit : Je me sauve sinon mon ami le chef de cabine va voir rouge.

Le PDG bipolaire sirote son champagne tout en pensant aux charmes de l'hôtesse. Justement celle-ci revient pour débarrasser la coupe et la paille.

Et le PDG renoue le charme rompu par le chef de cabine :

Viennent en bouche paroles

Douces et suaves,

Qui pour séduire savent,

Et me donnent un rôle,

D’éminemment soupirant,

Complicité respirant.

Après ces vers, l'hôtesse ne dit mot, mais se sauve tout en ayant caressé de la main la joue du PDG bipolaire avant de partir. Le chef de cabine qui l'a vu faire devient cramoisi et s'approche du PDG bipolaire qui est aux anges.

Le chef de cabine : Monsieur, cessez de courtiser mon amie ! Ou je vais me fâcher en vous faisant une tête au carré ! 

Le PDG bipolaire, dans ses songes de bonheur, lui sourit franchement.

Le chef de cabineexcédé : Je vais appeler vos amis infirmiers pour qu'ils vous fassent une bonne petite injection.

Pour le PDG bipolaire, cette menace d'injection lui retourne le sang. Il se lève brutalement et donne un coup de tête au chef de cabine, qui tombe inanimé dans le couloir. Quelques passagers et les hôtesses accourent pour s'occuper du chef de cabine qui reprend ses esprits mais en restant groggy.

Une des hôtesses va chercher les infirmiers qui sont en classe économique et leur relate l'altercation. Le PDG bipolaire est parfaitement zen. Ayant soigné le chef de cabine, ils s'occupent de mettre sur la tête du PDG bipolaire, une deuxième camisole, pour empêcher tout mouvement avec la tête.

L'hôtessede l'air s'approche du PDG bipolaire : Je comprends votre aversion pour les injections. Heureusement vous y avez échappé ! Je reviendrai pendant le repas pour vous faire manger.

Le PDG bipolaire : Merci bien, je vous le redis une nouvelle fois, vous êtes charmante.

 

Peu de temps après le repas est servi. Quand tous sont servis, l'hôtesse rejoint le PDG bipolaire bien embarrassé par les deux camisoles. L'hôtesse le fait manger. Le chef de cabine étant toujours groggy, elle a tout son temps.

Avant de manger le dessert, le PDG bipolaire :

 

Egérie de poésies,

Palpitations, frénésie,

D’amour cela m’envahit.

Regard qui jamais trahit.

Tu as tout pour me plaire.

Avec toi me complaire.

 

Le repas fini et l'atterrissage étant proche, le PDG bipolaire dit à l'hôtesse : J'espère que nous nous retrouverons dans d'autres circonstances, car je suis tombé sous votre charme.

L'hôtesse lui fait un grand sourire et lui donne un papier plié en quatre.

Le PDG bipolaire, le déplie : J’apprends par cœur ton numéro. Il se tend vers sa main et y dépose un baiser.

 

    1. Une suite dans un club de vacances qui est l'hôpital psychiatrique, pour l'acte 4.

 

Le PDG bipolaire : Avec ma carte bancaire j’ai payé le supplément pour avoir une suite vue sur mer et totalement équipée dont un ordinateur en wi-fi. Je peux donc gérer mon entreprise. La porte s’ouvre.

Le PDG : Ah ! Voilà mon psychiatre préféré, le docteur Ventilateur.

Le psychiatre : Comment allez-vous, monsieur Skamer ? Vous aviez pourtant un congé d'essai d'un mois, soit dans 26 jours. Une bagarre ? Si j'ai bien compris.

Le PDG :

Pour moi ça va plutôt bien,

Sauf petit mal de tête,

Pour certains pas la fête

Mais ne sont que bons à rien.

Ai ébranlé ménages,

Y ai fait gros dommages.

 

Le psychiatre : Vous êtes encore fort vindicatif. Je vais vous prescrire ce qu'il faut pour vous détendre. Je vais aussi vous prescrire des séances avec la psychologue, madame Matières. Ca vous va tout cela ?

Le PDG bipolaire : Pourrai-je faire du sport ?

Le psychiatre : Oui, pas d'objection. Autre chose ?

Le PDG bipolaire : Oui ! La permission de fumer mes joints dans la chambre ?

Le psychiatre : Accordé ! Car vous êtes un VIP, Very Important Patient, voici votre carte d’accès aux diverses installations, d’ailleurs. N’oubliez pas le cocktail de bienvenue à 19 h 00 au restaurant.

Le PDG bipolaire : Vous m'avez l'air fatigué, je dirai même plutôt surmené. J'ai quelque chose pour vous dans ma valise.

Et le PDG lui donne une grande plaquette de chocolat Trichard : Un carré matin, midi, soir et au coucher. Donnez-moi votre carnet d'ordonnance, je vais vous écrire tout cela. Mais seulement du chocolat Trichard, qui est vendu en pharmacie vaudou.

Le psychiatre : Je vous envoie Mme Matières. S'il vous plaît ne la faites pas tomber sous votre charme avec vos vers enjôleurs. Le psychiatre sort de la suite.

Le PDG bipolaire prend son jeu de poche et se met à jouer au « Mini Skame ».

Quelques minutes plus tard, la belle psychologueMme Matières, fait son entrée dans la suite : Bien le bonjour monsieur Skamer. Après ces 25 hospitalisations, nous nous connaissons très bien et nous nous apprécions beaucoup. Une vraie connivence existe entre nous. Mais en tout bien tout honneur.

Le PDG bipolaire : Excusez-moi mais je ne peux empêcher mon inspiration :

 

Beau visage de femme,

Dont émane la douceur.

De mon coeur tu es ma soeur,

La joie remplit mon âme.

Aux lèvres ton beau sourire,

Fait mieux qu’amour écrire.

La psychologue : Je vois que vous n'avez pas changé, toujours aussi charmeur. Bien cela est entre nous deux. Mais dites-moi la vraie raison de votre venue s'il vous plaît ?

 

Le PDG bipolaire :

 

C'est grand tournant de ma vie,

Pour nous y avais plus d'envie.

Aux orties me rejette !

Méchancetés me jette.

Pour l'amour m'a débranché !

De la vie suis-je déchet ?

 

La psychologue : Donc c'est toujours votre mésentente conjugale, vos soucis. Où en êtes-vous maintenant avec votre femme ?

Le PDG bipolaire : Cela va beaucoup mieux parce qu'elle a demandé le divorce. Et on est séparé, j'habite maintenant un F3 très cosy. Je fais ce que je veux, je mange ce qui me plaît,... Enfin, le rêve ou presque. Il me faut trouver chaussure à mon pied. Et j'ai déjà trois pistes plus vous-même.

La psychologue : Vous êtes charmant, mais ma fonction m'interdit de me lier avec un patient. 

Le PDG bipolaire : On ne dira rien à personne. Pas vu pas pris ! Je rêve de votre beau corps sous votre blouse blanche. J’aimerai commencer par vous embrasser. Vous savez je me rebranche très vite, quand je suis en compagnie d’une jolie femme comme vous.

La psychologue : Je sais, je sais. Je vois que votre libido est bien présente, monsieur Skamer. Nous aurons l'occasion de reparler de tout cela pendant votre séjour. Nous allons prendre en charge votre besoin d’exister.

Le PDG bipolaire : Je connais un bon moyen pour exister en toute quiétude : C'est de faire un parcours de golf avec le référent sport. Pouvez-vous organiser cela ? Vous seriez un amour de tendre et douce psychologue! »

La psychologue : J'essaye de prévoir cela pour cette après-midi. Cela vous convient-il ?

Le PDG bipolaire : C’est parfait ! Merci beaucoup ! Et vous vos relations avec le docteur Ventilateur, sont-elles toujours au beau fixe ?

La psychologue : Cela mériterait de s’allonger sur le divan.

Le PDG bipolaire : Eh bien ! Allons-y, allongez-vous, je vous écoute.

La psychologue : Le Docteur Ventilateur fait une fixation sur vous. Comme vous maintenant il fume des joints, lui qui est le correspondant de la loi Evin pour l’hôpital. Il s’est mis aussi au golf. Ce mimétisme m’exaspère. Maintenant j’ai deux messieurs SKAMER en charge.

Le PDG bipolaire : Non il n’y a qu’un seul monsieur SKAMER, qui ne peut pas

être copié car il faut être bipolaire. Ne vous inquiétez donc pas. J’aimerai que vous interveniez auprès de lui pour me fournir en joints.

La psychologue : J’y veillerai. Maintenant je vous laisse vous installer. Autre chose ?

Le PDG bipolaire : La discothèque est-elle-ouverte ce soir ?

La psychologue : Oui comme tous les soirs en été.

 

    1. Le green du 18 d'un parcours de golf pour l'acte 5.

 

Melle Stéphanie GAIE (la jeune femme de la discothèque de l'acte 1) estassise en position du lotus près du drapeau du 18ème trou.

Melle Gaie : Ah ! Cher monsieur Skamer ! Il arrive en bordure du green de ce trou suivi par la référent sport.

Le PDG bipolaire: Oui, c’est moi ! Belle jeune femme je vous connais. Votre numéro est bien le 06 77 87 57 10 ?

Melle Gaie : Oui c'est bien cela ! Je voulais faire plus ample connaissance avec vous, notre première rencontre a été raccourcie par les gendarmes. Ici à l’HP tout le monde parle de vous : Le seul joueur de golf à gagner des parties en ne jouant qu’avec le fer 7, l’inventeur de Skame Cocktail, breuvage redoutable en « compétition », et l’inventeur des jeux de lettres et de stratégie SKAME, qui y joue dès qu’il a un moment. Dès que « Tout Skame » a été mis en vente sur votre site internet, j’ai passé commande. Des 6 jeux celui que je préfère pour jouer à plusieurs, c’est Poker Skame.

Le PDG bipolaire : Cela fait plaisir d’être apprécié à travers une de ses inventions.

Melle Gaie en se levant : Je suis ravie de mieux te revoir ! Tu es superbe en plein jour !

Le PDG bipolaire : Et toi tu es craquante ! Pour laisser reposer nos spectateurs, je ne vais pas m’exprimer en heptasyllabes, qui est ma façon favorite d’expression de mes émotions. Je vais les exprimer simplement par mes sourires.

Melle Gaie :C’est par souci de simplicité que tu joues avec un seul club, le fer 7 ?

Le PDG bipolaire : Exact, avec un grand sourire, et c’est aussi pour faire place dans mon sac, prévu à cet effet, aux 7 bouteilles nécessaire à mon cocktail et au shaker.

Melle Gaie : Le SKAME cocktail, si je m’abuse !

le PDG bipolaire : Exact ! Tu veux goûter ?

Melle Gaie : Bien sûr ! Je veux percevoir son caractère redoutable en partie. Le PDG bipolaire en prépare un aussi pour le référent sport.

Melle Gaie : A nous ! …. Fameux. Le goût de l’alcool est imperceptible, c’est traître on boit cela comme du petit lait.

Le PDG bipolaire : Santé, bonheur ! Que faisais-tu assise en position du lotus sur ce green ? Méditations ?

Melle Gaie : Non, remue-méninges avec ton jeu Mini Skame.

Le PDG bipolaire : Charmante jeune femme tu connais quasiment tout de moi, et moi presque rien de toi.

Melle Gaie : Comme toi je suis bipolaire et je fume des Lucky Strike et je donne un coup de tête à ceux qui me prennent la tête. Tu vois nous sommes sosies !

Le PDG bipolaire : Passe-moi les dés du Mini Skame. Il lance les dés et les positionne. Cela fait R5E6. Quelques secondes de réflexion. Je dis « AMOUREUX » et je pense l’être.

Melle Gaie : Je dis « AMOUREUSE », et comme c’est un skame, coup gagnant, je la suis.

Le PDG bipolaire : Référent sport, vous avez entendu ? Pas de réponse. Le PDG se retourne et voit le référent sport allongé de tout son long, figure dans l’herbe. Il avait 6 points d’avance pris sur 6 trous, soit 6 verres de rhum pris, un verre par trou gagné, plus le 7ème ensemble sur ce green. Et bien le 7 n’est pas son chiffre ! J’ai donc gagné par forfait. Tu es témoin. Il me doit 50 euros. Pour le moment le golf me rapporte plus que mes jeux. Mais je crois à mes inventions, les jeux Skame. Bon stop sur ce sujet. Je t’invite ce soir à la discothèque. Tu seras ma seule cavalière. D’accord ?

MelleGaie : Avec le plus grand plaisir ! Tu seras mon chevalier servant.

 

    1. Une discothèque pour l'acte 6.

 

Le PDG bipolaire rentre dans la boîte de nuit et s'accoude au bar. Il sort ses dés et commence à jouer au Mini Skame.

Le barmans'approche : Un SKAME cocktail, je suppose ?

Le PDG bipolaire : Vous connaissez mes goûts ? Ma foi bien volontiers.

Le barman : Je vous ai connu dans une autre discothèque il y a quelques jours, là où vous aviez déclenché une bagarre. Tout le temps avec votre Mini Skame ? 

Le PDG bipolaire : Cet après-midi, non ! Je suis allé au casino, car j'ai une martingale. En effet j’ai d’abord gagné 2 euros sans rien miser. Je vais sur les machines qui ont un crédit inférieur à la mise minimum et que les joueurs ne se sont pas fait payer, mais moi si. Puis comme je suis joueur, j’ai joué un de ces deux euros sur des machines à 5 centimes. Soit je gagne et je m’arrête, soit j’ai gagné le deuxième euro non joué plus le café journalier offert au détenteur de la carte du casino. Si tout le monde jouait comme moi, ce serait la faillite certaine du casino ! 

Le barman : Assurément ! Je vous rapporte votre SKAME cocktail.

Le barmanrevient avec le cocktail : Et voici !

Le PDG bipolaire : Merci bien ! Et il lui tend sa carte de VIP pour effectuer le paiement.

Le barman : Non ici on paie en espèces uniquement, c'est deux euros.

Le PDG : Un billet de 50 euros ça le fait ? Et il boit son cocktail tout en jouant avec ses dés.

Il allait en commander un deuxième quand la patiente bipolaire qu'il a rencontré dans l'après midi sur le green, s'approche de lui.

Le PDG bipolaire :

 

Chérie, tendre amie de coeur,

Avec yeux pleins de douceur,

Si, souriante à souhait,

Qui aime rire fort, et,

Veut tout donner dans la vie,

Pour satisfaire envies.

 

 

Ils s'asseyent au bar pour prendre tous les deux un SKAME cocktail.

Le PDG bipolaire : Pouvons nous avoir deux pailles chacun et chacune, si une se bouchait, et une touillette. Merci !

Ils boivent à petites gorgées pour faire durer le plaisir.

Le PDG bipolaire : Excellent ce cocktail avec un joint du docteur Ventilateur ! Tu en veux un ? Elle fait non de la tête.

La patiente bipolaire : Je veux garder la tête sensible à toute sensation.

A mi-verre ils se dirigent vers l'autre bar au bord de la piscine et appellent le barman.

Le PDG bipolaire : Un malotru nous a bousculé et à renversé la moitié de nos verres. Pourriez-vous faire quelque chose pour nous ?

Le barman très aimable leur complète leurs verres. Le PDG bipolaire lui donne un pourboire du montant d'un SKAME cocktail.

Le barman : Merci ! Voici une coupelle de cacahuètes.

Le PDG bipolaire : C'est 'un de mes péchés mignons !

Ils vont s'asseoir dans un coin plus sombre.

La patiente bipolaire :

Visage prend des couleurs.

M'éveillent douces senteurs.

Mon sourire titillé,

Par la chanson yéyé.

 

Et le PDG bipolaire, dans l'oreille : Mais au fait, je te connais assez bien, sauf ton prénom. 

Elle lui répond dans le creux de l'oreille.

Le PDG bipolaire : Grand merci, il me manquait ce prénom capital, que je pressentais. Je savais que l'initiale s'inscrivait dans les lettres composant SKAME.

 

Ils se dirigent vers la piscine de la discothèque et vont s'asseoir sur deux transats placés côte à côte.

 

Le PDG bipolaire : Je vais t’expliquer mon plan pour fuir l'HP.

La jeune femme bipolaire : Je suis aussi en Hospitalisation d'office, moi aussi je veux fuir mais, il ne faut pas rater un détail.

Le PDG bipolaire : Nous partirions en plein jour ça paraîtrait moins suspect, et en voilier, réservé par mes soins sur internet.

Le PDG bipolaire : Allons prendre un verre au bar. Ils se tiennent tendrement par la main, sereins.

La jeune femme bipolaire : Viens dormir dans ma chambre.

Le PDGbipolaire : Non ! Je t'invite dans ma suite : j'ai un lit de deux personnes, un salon avec mon matériel informatique et un dressing pour deux personnes. Je vais t'aider à déménager tes affaires tout de suite. De nuit on ne se fera pas remarquer et nous les mettrons devant le fait accompli.

La jeune bipolaire :  D'accord Stéphane, on y va !

 

Le PDG bipolaire : Je me sens de bonne humeur ! Et poursuis :

 

Es d'une beauté infinie,

Chez toi, tout est bien fini.

As de magnifiques yeux,

Bien radieux comme les cieux,

Et montrant coeur généreux,

Présageant des jours heureux.

 

    1. La suite du PDG bipolaire

 

Nos tourtereaux s'éveillent dans la suite. Le PDG bipolaire prend le téléphone sur sa table de nuit :

Le PDG bipolaire : Les cuisines ? Bonjour ! Monsieur Skamer à l'appareil. Nous souhaiterions avoir nos petits déjeuners au lit avec deux plateaux Skame soit un Skame cocktail sans les deux septièmes de rhum et les deux septièmes remplacés par un café et du pain beurré.

Quelques minutes après, les petits déjeuners sont servis et nos tourtereaux petit déjeunent. Alors qu'ils sont encore au lit, la porte s'ouvre sur le psychiatre :

Le psychiatre : Effectivement, c'est bien vrai. Vous dormez dans le même lit. On peut en voir le côté positif : Une seule chambre occupée au lieu de deux, ce qui divise les coûts hospitaliers par deux. Je sais qu'il est bon pour monsieur Skamer et aussi pour Melle Gaie de vivre un affect amoureux. Aussi nous avons donc décidé, à des fins thérapeutiques pour ménager vos affects et votre libido, d'accepter la situation Mais vous serez consigné pendant un mois dans votre suite de 8 h 00 à 22 heures. Il ne faut pas que les autres patients le sachent. Heureusement pour le moment, ils ne sont pas au courant de rien du fait de votre déménagement nocturne. Vous prendrez tous vos repas et ferez vos activités thérapeutiques dans la suite, dans la mesure du possible. De 22 h 00 à 8 h 00, vous pourrez sortir et faire ce que vous voulez, en étant discret et raisonnable. Votre psychologue Mme Matières, vous verra tous les jours. Je peux compter sur vous ?

Le PDG et Melle GAIE : Oui, bien sûr !

Le psychiatre : Au fait Melle Gaie, je vous demande de ne pas arrêter votre moyen de contraception. Je ne veux pas de bébé ici. Ca serait le bouquet. Là je saute ! Et la directrice de l'hôpital aussi !

Le PDG bipolaire : Pourrai-je jouer au golf aux phares de voiture ? Pourrons-nous aller à la discothèque? Puis-je me faire livrer mes dés ici, et vous demander d'expédier mes commandes. Je paierai bien sûr l'affranchissement.

Le psychiatre : Accordé. Je ne vais pas vous priver de putter, de danser et de travailler puisque vous êtes en congé d'essai mais sur site. Mais pas de référent trouvé au petit matin la tête fichée dans l'herbe, ni de déclenchement de bagarre dans la discothèque. Au premier écart c'est chacun sa chambre d'isolement. Et maintenant habillez-vous,. En la matière vous suivez le règlement de l'unité, comme les horaires de repas. On est toujours d'accord ?

Le PDG et Melle GAIE : Oui, bien sûr ! Et le psychiatre sort. Quelques minutes plus tard, l'assistante sociale entre.

L'assistante sociale : Bon maintenant il faut que l'on boucle votre dossier de réinsertion en moins d'un mois, pour la fin de votre congé d'essai. Une bonne chose, vous êtes tous les deux invalides de 2ème catégorie et avez tous les deux été cadre, cela fait un revenu fixe de 2200 euros plus vos ventes des jeux SKAME en tant qu'autoentrepreneur. Pour déjà 700 euros on doit pouvoir vous trouver un logement décent.

Le PDG bipolaire : Halte là ! Nous nous connaissons que d'une petite semaine. J'ai des affinités avec Sophie mais nous n'avons pas encore creusé les choses. Je ne sais pas encore si je veux faire ma vie avec Sophie. Je suis très prudent en la matière car mon premier mariage a été un fiasco. Je me demande si je ne veux pas rester célibataire et avoir de petites aventures. De plus, j'ai rendez-vous avec le bonheur :

 

 

C'est charmant accueil à Dieppe !

  

Confort : André de Paris.

Sur qualité, point pari.

Point classiques, mais branchées.

Style jamais débranché.
Ainsi pieds bien habillés.
Les prix sont déshabillés.

L'accueil est très sympathique :

Vendeuses point apathiques.

L'essayage, très rapide,

N'est point question d'être « speed ».

En elles, on est si bien,

Aussi bien que « sous-pubien ».

Situation m'émoustille,

Mais le respect me titille.

Avec elles, point broutille,

Rendez-vous à la Bastille.

Tout cela me rend heureux.

Suis avec les malheureux.

Recette est faite par André,

Abus deviendront cendrées,

Parce que France est si belle.

Contre puissants, nous, rebelles.

Aujourd'hui, j'ai pris ma carte,

Pour penser à fond, Descartes.

 

 

Melle GAIE : C'est pareil pour moi. Que du bonheur comme l'entends et le dit mon ami :

Le PDG bipolaire :

  

Sous son vrai charme, aussitôt !

  

Dieppe pour moi, c'est tant « L'Escale ».

J'ai séjourné dans la cale.

Diagnostic fut vital,

Pour la guérison totale,

Après attente trop longue,

Bien usées, furent mes tongs.

Maintenant tout a changé,

Malheur par joie, échangé.

Mon arrivée salvatrice,

Le vrai bonheur pour matrice.

Prends petit café verre d'eau.

J'ai abandonné radeau.

Point le reprendrais si tôt,

Serait révolte aussitôt.

Dieppe, belle ville, me plaît,

J'y ai fini panser, plaies.

Tous les gens sont sympathiques,

Ne peut laisser apathique.

Français y travaillent dur.

Amour du pays perdure.

Pour mon cas, j'ai solution :

Petite révolution,

Permettant le changement,

Après emménagement.

 

 

L'assistante sociale : Je pensais que tout été clair entre vous, compte tenu de ce que m'a dit le docteur Ventilateur. Etes vous d'accord avec ce qu'a dit le docteur ? Je peux le rappeler si vous avez changé d'avis.

Le PDG et Melle GAIE : Non, non. Mais nous comptions sur un renouvellement avec tacite reconduction du congé d'essai au sein de l'hôpital. Nous ne nous sentons prêts pour vivre ensemble dans la vie « civile » dans un mois. Actuellement nous nous plaisons. Mais qu'en sera-t-il quand nous serons totalement stabilisés. Notre connivence amoureuse se maintiendra-t-elle ? Notre ego et notre libido resteront-ils en phase ? C'est pourquoi nous ne voulons pas bruler les étapes.

L'assistante sociale : Bon en fait avant de me voir, vous avez besoin de vous entretenir avec la psychologue pour éclaircir les choses. Je vais l'appeler. Et elle sort. Quelques minutes après la psychologue fait son entrée.

La psychologue : Je crois que le docteur et vous, vous vous êtes mis dans de beaux draps. Façon de résumer la situation dans cette suite. Bon reprenons depuis le début. Pourquoi dormez-vous ensemble ?

Le PDG bipolaire : C'est ludique !

Melle GAIE : C'est l'adopter !

La psychologue : C'est SKAMER ! Vous vous foutez de moi, n'est-ce pas ?

Le PDG bipolaire : Non, et SKAMER c'est de moi quil est question.

Melle GAIE : Et moi, en dormant avec Monsieur SKAMER, je l'adopte !

La psychologue : Et c'est ludique ?

Melle GAIE : Bien oui ! Nous faisons de petits jeux amoureux si vous voyez ce que je veux dire !

La psychologue : Alors pourquoi ces hésitations sur un avenir ensemble ?

Melle GAIE : Nous sommes tous les deux des bipolaires divorcés ou presque. Se remettre à la colle est beaucoup plus sérieux pour nous que pour des divorcés « normaux ».Même si cette situation nous plaît, elle induit encore beaucoup de questions. Enfin vous devez comprendre bien cela Mme MATIERES ? Mme Matières est en proie à une grande nervosité. Pour vous détendre vous ne voulez pas un petit SKAME cocktail ?

La psychologue : Oui, je veux bien, je le bois et je vais chercher le docteur Ventilateur. Elle le boit d'un trait. Fameux ! Elle sort et revient quelques minutes plus tard avec le docteur.

Le psychiatre : Je ne comprends pas. Vous voulez vivre à l'hôpital ensemble et pas quand vous serez sorti. C'est soit les deux soit rien du tout ! Je vais péter un câble moi !

Le PDG bipolaire : Prenez donc un petit SKAME cocktail, pour vous détendre !

Le psychiatre : Donnez-moi un SKAME cocktail, un pétard et un anxiolytique. Même une double dose.

La psychologue : Pour moi aussi. Je veux planer pour pouvoir atterrir en douceur. Le psychiatre et la psychologue prennent leur potion et fume leur pétard. Quelques minutes plus tard, ils s'effondrent sur le lit. Peu après l'assistante sociale rentre dans la suite.

L'assistante sociale : Que se passe-t-il ici ? Vous leur avez donné un coup de tête, je présume.

Le PDG bipolaire : Non et de plus je ne donne jamais un coup de tête à une femme avec qui, de plus, j'ai un petit faible. Le coup chimique a été fait à leur demande, c'est indolore. Je crois que ce sommeil réparateur fait le plus grand bien à leurs neurones trop surmenés.

Melle GAIE : J'invite monsieur SKAMER dans ma chambre, celle-ci étant prise. On est à leur disposition quand ils auront repris tous leurs esprits.

 

 

 

Baisser final du rideau.

 

Le 18-11-2012, de Steve Scanov alias de Stéphane Croquette

Tous droits d'auteur réservés.

 

 

Voir le 1er acte en vidéo : Rêve partie urbaine à Chaumont-en-Vexin

Retour à la  page d'accueil détaillée.

 



18/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 91 autres membres